L’ancienne médina de Casablanca : un trésor historique en pleine renaissance

La médina de Casablanca, située au nord de la ville et couvrant une superficie d'environ 50 hectares, est le cœur même du patrimoine historique de cette métropole marocaine.

Un voyage à travers l’histoire de la ville #

Au sein de ses remparts se cache un véritable témoignage des différentes époques qui ont façonné la cité. Pour découvrir cet héritage, il est indispensable de débuter l’exploration depuis la Place des Nations Unies, emprunter ensuite l’accès par Bab-Marrakech et suivre le chemin jusqu’à la mosquée Hassan II. Il n’est pas rare de croiser en chemin des monuments historiques tels que Sqala, le sanctuaire de Sidi Kairouani ou bien encore la coupole de marabout Sidi Bou Smara. L’ancienne médina est un lieu unique et fascinant, où se mêlent histoire et modernité.

Des origines anciennes et mystérieuses #


Les premières traces écrites relatives à l’ancienne médina suggèrent que les fondations de cette zone remontent entre 900 et 1500 après J.-C., mais la date exacte de la création d’Anfa, ancien nom de Casablanca, demeure inconnue. La seule certitude réside dans le fait qu’en novembre 1755, Lisbonne, la capitale portugaise, a été anéantie suite à un séisme destructeur dont les conséquences ont également affecté l’Afrique du Nord, causant d’importants dégâts à Anfa.

La Renaissance de la médina de Casablanca #

Quelques décennies plus tard, en 1770, le sultan Mohammed Ben Abdallah décide de reconstruire la ville et de lui donner le nom de Dar El Beïda, ou Maison Blanche – un nom datant du XIVe siècle. Selon la légende, c’est au sanctuaire de Sidi Kairouani que se trouvait cette fameuse maison blanche qui a donné son nom à Casablanca. La nouvelle cité est alors entourée de remparts, hauts de 6 à 8 mètres et longs de près de 4 kilomètres, avec des portes qui permettent l’accès à la ville, tels Bab el-Kebir, Bab el-Marsa et Bab Marrakech. Au début du XVIIIe siècle, la population s’accroît avec l’arrivée de migrants venus notamment d’Essaouira, d’Agadir et de Meknès. Un siècle plus tard, Européens et Juifs affluent également dans la région en raison de son potentiel économique.

Trois quartiers emblématiques


L’ancienne médina est divisée en trois quartiers principaux : le quartier de la Médina, le Mellah (quartier juif) et le quartier populaire de Tnaker. Ces différents espaces offrent aux visiteurs autant de découvertes culturelles et historiques riches et variées.

La médina entre passé et présent #

Sous l’influence du colonialisme français, Casablanca est choisie comme capitale économique du pays, ce qui entraîne un déclin progressif de l’ancienne médina, accentué par le manque d’entretien et des occupations irrégulières. Certains bâtiments et remparts s’effondrent, plongeant la zone dans un état de délabrement général. Malgré cela, la médina continue d’attirer des visiteurs venus du monde entier pour découvrir ses joyaux architecturaux tels que le sanctuaire de Sidi Kairouani, la coupole de marabout Sidi Bou Smara, le Mellah, la forteresse Sqala et la porte Bab el-Marsa.

À lire Découvrez Saint-Vaast-la-Hougue : une perle rare de la Manche à ne pas manquer lors de votre prochaine escapade

Des projets de rénovation en cours

Afin de préserver la valeur historique et patrimoniale de l’ancienne médina de Casablanca, plusieurs projets de réhabilitation sont actuellement en cours. Ces travaux ont pour vocation de redonner vie à cette zone emblématique tout en mettant en lumière les richesses culturelles qu’elle conserve.

Louer une voiture pour explorer Casablanca #

Pour se lancer avec sérénité à la découverte des trésors cachés de la médina et profiter pleinement de votre séjour, opter pour la location de voiture demeure une solution idéale avec un excellent rapport qualité/prix. Toutefois, il est essentiel de choisir une agence de location qui saura vous assister et vous guider afin que votre escapade se déroule dans les meilleures conditions possibles.

Voyageur Serein est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :